Skip to content

Syndic de faillite : une profession déprimante?

« Ça doit être plutôt déprimant d’être un syndic de faillite! » On me fait souvent cette remarque quand je dis que je travaille dans le domaine de l’insolvabilité et de l’endettement. Évidemment, les gens qui émettent une telle réflexion ont en tête l’image d’une personne déprimée de ne pas pouvoir régler ses dettes. Pourtant, la profession de syndic de faillite est au contraire extrêmement gratifiante!

Des dettes et des émotions

Force est d’admettre que, à titre de syndics de faillite, nous côtoyons quotidiennement des gens déprimés, malheureux ou stressés. Ils sont parfois même tout ça à la fois. Leurs dettes sont devenues un fardeau si lourd qu’ils ne voient même plus comment s’en sortir. C’est un constat d’échec et oui, ça frappe fort! Qui plus est, la source de l’insolvabilité — une séparation, la maladie d’un enfant ou une perte d’emploi, par exemple — peut fort bien, elle aussi, s’accompagner d’émotions douloureuses. Il est donc tout à fait juste de dire que les gens que nous rencontrons vivent souvent de grands bouleversements, et qu’ils en sont d’autant plus fragilisés.

De telles situations ne sont pas seulement le lot de particuliers. Des chefs d’entreprise vivront eux aussi d’intenses émotions s’ils ont lieu de croire qu’ils pourraient perdre leur entreprise, dans lequel ils ont investi tant de temps et d’argent. Sans compter que c’est parfois le projet de toute une vie qui est menacée par de tels problèmes financiers.

Les syndics de faillite changent des vies

Du point de vue des débiteurs, mon rôle en tant que syndic de faillite est de leur porter assistance s’ils éprouvent des difficultés financières. En d’autres termes, je suis là pour aider des personnes endettées à se libérer de situations désespérées.

Il faut par ailleurs bien comprendre que les gens ne font habituellement appel aux services d’un syndic de faillite qu’en tout dernier recours. En règle générale, ils font face depuis longtemps à des problèmes de dettes. Ils ont tenté à maintes reprises de régulariser leur situation par leurs propres moyens, mais sans succès.

À cette étape, ils peuvent être aux prises avec nombre de facteurs de stress, dont notamment :

  • des procédures de recouvrement;
  • des menaces de saisie;
  • une lettre d’un huissier;
  • des tensions familiales;
  • des coupures de services (l’électricité, par exemple).

Chez Ginsberg Gingras, grâce à la proposition de consommateur ou à la faillite, nous permettons à ces débiteurs exténués de se débarrasser de ces menaces qui planent sur eux au quotidien.

Quoi qu’il en soit, avant même d’en arriver à la solution définitive, force est de reconnaître qu’une simple consultation avec un syndic de faillite a en soi des effets positifs sur les débiteurs. Ils se sentent alors grandement soulagés du simple fait d’avoir parlé de leurs problèmes de dettes à un professionnel et de savoir qu’il existe des façons de les régler. Dès la conclusion d’une consultation, beaucoup de personnes me confient se sentir déjà mieux, comme si un poids venait de leur être retiré.

C’est également touchant de recevoir de nombreux témoignages de gens qui, une fois libérés de leurs dettes, respirent le bonheur.

Même après 20 ans de travail à mon actif dans le domaine de l’insolvabilité, ma profession me procure toujours beaucoup de satisfaction. J’éprouve encore ce formidable sentiment de savoir que, chaque jour, j’ai l’occasion d’améliorer la vie des gens.

Ainsi, quand on me demande s’il est déprimant d’être un syndic de faillite, il m’arrive de répondre des trucs comme :

  • Aujourd’hui, j’ai permis à une veuve retraitée de conserver sa maison.

Ou encore

  • Ce matin, j’ai permis à un jeune couple de rééquilibrer son budget et d’éviter la faillite.

Bien que le sujet de l’endettement soit très polarisant, les syndics de faillite comblent un besoin essentiel dans notre société. Il est donc effectivement très gratifiant d’être membre de l’Association canadienne des professionnels de l’insolvabilité et de la réorganisation (ACPIR) et de pouvoir aider des débiteurs insolvables.

Pascal Gagnon

Vice-président, CPA, CGA, CIRP, Syndic autorisé en insolvabilité

Bureau principal : Gatineau (Hull)
Téléphone : 819-776-0283

Articles similaires