Skip to content

Peut-on faire confiance aux conseillers en crédit?

Conseillers en crédit, conseillers budgétaires, coaches financiers, agences de règlement de dettes, etc. Le secteur du redressement financier est en pleine croissance. Mais, attention! Tous n’offrent ni les mêmes solutions ni les mêmes avantages. Alors, quand on éprouve des problèmes de dettes, vers qui peut-on réellement se tourner pour s’en sortir?

Les syndics de faillites et administrateurs de propositions de consommateur

Les syndics de faillites sont les seuls professionnels autorisés à administrer les propositions de consommateurs et les faillites. Or, ces deux genres de solutions offrent par ailleurs aux débiteurs d’importantes protections, qui font notamment que :

  • leurs salaires ne peuvent plus être saisis;
  • leurs créanciers doivent cesser toute démarche de recouvrement;
  • les intérêts sur leurs dettes cessent de s’accumuler.

Les tarifs des syndics sont régis par la loi. Ce n’est pas du tout le cas pour les frais des conseillers en crédit et des coaches financiers. Qui plus est, pour avoir le droit de pratiquer, les syndics doivent obtenir une licence, satisfaire à un certain nombre de critères et se conformer à un code de déontologie. La profession est encadrée par le Bureau du surintendant des faillites Canada (BSF).

Les syndics de faillites sont dès lors, pour toutes ces raisons, des professionnels particulièrement fiables en matière de règlement de dettes.

Les ACEF et les organismes communautaires sans but lucratif

Il est généralement possible d’obtenir gratuitement certains services de préparation de budget et d’évaluation du niveau d’endettement. Au Québec, les Associations coopératives d’économies familiales (ACEF) fournissent des séances d’information et des consultations privées. En Ontario, divers organismes communautaires sans but lucratif offrent également de tels services. Par ailleurs, les sites de l’Ontario Association of Credit Counselling Services et du Conseil en crédit du Canada fournissent des listes d’organismes accrédités dans le domaine.

Néanmoins, aussi essentielle que soit l’aide donnée à la population par ces organismes, ils ne peuvent régler entièrement un problème de dettes. Ainsi, par exemple, les ACEF ont certes la possibilité de faire des représentations auprès des créanciers, mais elles n’ont pas le pouvoir de faire cesser les procédures de saisie ou de négocier une proposition de consommateur. Les syndics de faillites sont les seuls professionnels habiletés à le faire.

Les conseillers en crédit

Généralement, il n’y a aucune distinction entre les conseillers en crédit, les conseillers budgétaires et les autres conseillers du même ordre. De plus, il n’y a aucune réglementation qui encadre de telles activités. N’importe qui peut donc s’improviser conseiller en crédit.

En règle générale, ces conseillers offrent notamment des services comme :

  • la préparation d’un budget personnel;
  • la négociation avec les créanciers;
  • l’établissement d’un plan de remboursement de dettes;
  • la gestion de dettes.

Pour ce qui est de la gestion de dettes, ils peuvent se charger de régler, au nom de leur client, les sommes dues aux créanciers. Le débiteur peut alors cesser de rembourser ses créanciers, pour ne faire qu’un seul paiement périodique directement à son conseiller. Cette façon de faire n’est cependant pas sans comporter certains inconvénients pour le débiteur. Ainsi :

  • Elle ne met pas fin aux appels des agences de recouvrement.
  • Elle n’offre aucune protection quant aux saisies de salaire.
  • Les frais de ces conseillers constituent une dépense supplémentaire.
  • Dans certains cas, ces conseillers finissent par référer leur client  à des syndics de faillite après avoir perçu leurs propres frais.

Ces conseillers comblent néanmoins un besoin, et ils peuvent donc offrir une forme quelconque d’aide dans des situations particulières. Mais leurs solutions ne conviennent pas toujours à tout le monde.

Les coaches financiers

L’expression « coach financier» est un terme volontairement très vague. Contrairement aux conseillers en crédit, les coaches financiers ne se limitent pas à offrir des solutions en matière d’endettement. Ils donnent des conseils sur plusieurs sujets usuels de nature financière, au nombre desquels figurent :

  • les transactions et opérations bancaires;
  • l’analyse de placements;
  • la négociation de prêts;
  • l’organisation de documents;
  • la fiscalité;
  • les assurances;
  • les exécutions testamentaires;
  • le budget;
  • la gestion de dettes.

Il va néanmoins sans dire que, avant de confier autant de responsabilités à un coach financier, le débiteur doit avoir une confiance absolue en lui. Surtout que, tout comme dans le cas des conseillers en crédit, n’importe qui peut s’improviser coach financier. Ceci étant dit, certains de ces coaches financiers ont bel et bien des titres tels que  planificateur financier ou représentant en épargne collective. Ces titres peuvent être un gage de leur compétence en matière de placements, par exemple. Cependant, je n’en ai encore jamais vu qui détenait le titre de syndic de faillites.

5 questions à poser pour s’éviter des ennuis

Évidemment, tous les conseillers en crédit et les coaches financiers ne sont pas des arnaqueurs. Au nombre des questions à poser pour s’assurer de la qualité des services qui vous seront rendus, figurent :

  1. Quels sont vos frais?

    Les frais doivent être clairement définis, et il ne doit pas y avoir de frais cachés. Assurez-vous également que les frais d’un tel conseiller en crédit ou coach n’augmenteront votre dette.

  2. Les paiements que j’effectuerai serviront-ils d’abord à couvrir vos frais?

    Parfois, les conseillers en crédit ou coaches se paient eux-mêmes avant de commencer à rembourser vos créanciers. Si tel est le cas, vos paiements aux créanciers risquent d’accumuler encore plus de frais de retard.

  3. Êtes-vous membre d’une association professionnelle?

    Dans l’affirmative, vérifiez auprès de l’association professionnelle elle-même. Sinon, envisagez de faire affaire avec un autre professionnel.

  4. Quels sont les services qui seront couverts en vertu de notre entente?

    Assurez-vous que vous n’aurez pas à envisager le paiement de frais supplémentaires pour obtenir des services ne figurant pas dans votre entente de base.

  5. Assurerez-vous vous-même la prestation de services ou me référerez-vous à d’autres professionnels?

    Si le recours à d’autres professionnels est envisagé, assurez-vous de pouvoir choisir avec qui vous ferez affaire. Prenez également connaissance de la politique de confidentialité de chacun des intervenants que vous rencontrerez.

Dans le domaine de l’insolvabilité, la meilleure façon de se protéger contre les arnaques demeure d’effectuer des recherches sur les personnes ou entreprises envisagées avant même de signer une entente. Si vous avez des doutes, cherchez une solution de rechange. Mieux encore, communiquez avec Ginsberg Gingras, où l’on se fera un plaisir de vous recommander des professionnels compétents et légitimes.

Stephan V. Moyneur

Vice-président, CIRP, Syndic autorisé en insolvabilité

Bureau principal : Saint-Jérôme
Téléphone : 450-432-3563

Articles similaires